Tanzanie : Kibali Gold reprend ses activités avec une clef de répartition de 50/50

0

Barrick Gold Corporation reprend ses activités minières en Tanzanie cette année, l’annonce a été faite le 24 janvier 2020. Après une longue absence de 3 ans, l’entreprise a conclu un accord–cadre avec les autorités tanzaniennes en octobre 2019 puis ratifié en janvier 2020.

Palagamba Kabudi, ministre des Affaires étrangères et chef de la délégation gouvernementale lors des négociations avec la firme Barrick, a décrit le parcours des négociations des contrats comme frustrant. Cependant, il a salué le résultat comme une ‘’victoire majeure’’.
L’accord-cadre, signé entre les deux parties, était basé sur le règlement de tous les litiges résultant des activités d’Acacia et des responsabilités associées, y compris celles affectant le personnel de l’entreprise, tant en leur qualité officielle que personnelle.
Cet accord va entraîner une augmentation globale significative de la part réelle des recettes publiques provenant des investissements de la société dans le pays, a signifié le ministre des Affaires étrangères.

Le président de la République, Magufuli, dans ses remarques, a fait écho au message de Kabudi et a qualifié l’accord de marqueur de nouveau départ.
La description par le gouvernement de l’accord comme une victoire majeure est ancrée dans ses trois principaux éléments; le «principe clé» – 50/50 – partage des avantages économiques, 16% (non dilué) des intérêts portés gratuits dans les trois mines gérées par Barrick (Bulyanhulu, North Mara et Buzwagi) et la représentation dans la société de gestion conjointe – Twiga Minerals Corporation Limited.

L’explication du ministre Kabudi du principe 50/50 pour le partage des avantages économiques n’a pas été mise en garde.
Mais, le récent communiqué de presse de Barrick a indiqué que cet arrangement deviendra effectif « après la récupération des investissements en capital ».
Il s’agit d’une condition contractuelle importante étant donné que Barrick a dû acheter Acacia en Tanzanie et a donc contracté une dette importante.


En outre, la perturbation des activités au cours des trois dernières années a affecté les flux de trésorerie de l’entreprise et peut avoir conduit à une accumulation de dette ou à un remboursement plus lent que la normale.
Ces coûts repousseront inévitablement l’activation du principe 50/50 pendant plusieurs années.

Une autre limitation clé du principe 50/50 est sa définition large. Le projet d’accord-cadre publié par Barrick en 2019 a montré que le calcul inclurait les impôts directs et indirects du gouvernement, les redevances, les frais et les 16% d’intérêts portés gratuitement.
Bien que l’intérêt porté gratuitement ait été décrit comme une aubaine, son utilité peut être surestimée. L’injection récente de nouveaux capitaux par le rachat d’Acacia et les pertes subies par la société au cours des trois dernières années affecteront certainement la rentabilité de la société.

Franco MAYIZA

Partagez.

Laisser un commentaire