Sud-Kivu : comment Ebola est-il arrivé à Mwenga ?

0

Jeudi 15 août 2019, les deux premiers cas de la maladie Virus Ebola ont été détectés positif dans une nouvelle province, après un an de présence du virus au Nord-Kivu et en Ituri, dans l’Est et le Nord-est de la République Démocratique du Congo. 

Il s’agit d’une femme de 24 ans et de son fils de 7 mois. Chez la mère, les symptômes de la MVE ont commencé à se manifester le 04 août 2019 à Beni, avant de décéder le 14 août à Mwenga, après avoir consulté les centres de santé de Kangolo et de Kilingutu.
L’échantillon, prélevé chez la défunte, a été testé positif le 15 août 2019.
Son fils a été confirmé cas positif MVE ke 15 août 2019. Il est mis en isolement et sera mis sous traitement.

En fait, selon les premières investigations, la femme venue de Bukavu résidait dans une famille d’accueil à l’Aire de santé de Mabolio, dans la zone de santé de Beni au Nord-Kivu. Elle y a été listée comme « contact à haut risque » autour d’un membre de cette famille, confirmé MVE le 25 juillet 2019, au douzième jour de son suivi, le 06 août 2019. Il y a eu une alerte autour de son déplacement vers Bukavu par les équipes de la riposte.
Elle a été retrouvée accompagnée de ses deux enfants (5 ans et 7 mois) au Point d’entrée (PoE) de Kasindi, faisant frontière avec l’Ouganda.

Au cours de son rapatriement vers Beni, elle a échappé aux équipes de riposte et a poursuivi son chemin de Kasindi à Beni, Butembo, Goma, Bukavu jusqu’à Mwenga. Pendant son parcours, elle a échappé à la vigilance des différents Points d’entrée et Points de contrôle suite à un changement d’identité à 4 reprises.
Quelques actions ont déjà été mises en œuvre autour de ces deux cas, notamment l’Enterrement digne et sécurisé (EDS) du corps de la femme de 24 ans, le déploiement d’une équipe multidisciplinaire d’intervention rapide et l’isolement du nourrisson qui a déjà commencé à être pris en charge.
Un guéri de MVE fait également partie de l’équipe déployée pour s’occuper du nourrisson.

Cette équipe a pour mission d’appuyer, durant une semaine, la zone de santé de Mwenga, la DPS et la orovince du Sud Kivu afin de circonscrire rapidement le foyer.
Au total, 120 contacts ont déjà été listés autour de ces deux cas.

La vaccination en ring élargi a commencé autour des cas confirmés au Sud Kivu, dans le territoire de Mwenga.
Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 195.329 personnes l’ont été.
Le seul vaccin, utilisé dans cette épidémie, est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Éthique dans sa décision du 20 mai 2018.

Esdras Tsongo

Partagez.

Laisser un commentaire