Sango‘A opte pour une thérapie conciliante par les arts de scène

0

Créée en 2003, par Don Tshibanda, Sauti Ya Ngoma Y’ Afrika, Sango ‘A s’emploie a la vulgarisation et la sensibilisation des masses, particulièrement les jeunes et les enfants.

En tant qu’association sans but lucratif, Sango’A se spécifieà encourager les enfants de la rue et enfants soldats à reprendre le chemin de l’école, à valoriser l’enseignement en mettant un accent sur la jeune fille – le phénomène ‘’fille-mère-, a encadrer, orienter les jeunes vers les centres d’encadrements propres à leurs cas. Et pour ceux qui ne voulaient plus reprendre des études, ladite structure les oriente vers l’apprentissage des arts de scène : le théâtre, la musique, le conte et la danse.

L’action de Sango’A cible les jeunes, les enfants vulnérables et les femmes désœuvrées, dixit Don Tshibanda, coordonnateur national et fondateur de Sautiya Ngoma y’Afrika(le son du tam-tam africain).

Quatorze ans durant, Don Tshibanda et ses adjoints appelés charges de projets s’emploient à la création du théâtre pour la transformation et la gestion des conflits, une thérapie par rapport aux conflits avec comme élément de base, l’empathie. Sango’A, avec son action de théâtre de développement, s’étendà Goma, avec la récupération, l’encadrement, et l’orientation des enfants soldats ; à Bukavu, avec l’aide aux jeunes traumatises ; à Kalemie, avec la réconciliation des communautés en conflits, dans les centres de récupération déjà implantes et ouverts. A Baraka, Fizi, Sango’A ouvre déjà un centre. Au mois de Janvier dernier, une mission de prospection a été effectuéeà Kikwit pour envisager l’ouverture d’un autre centre de récupération. A ce jour, Sango’A compte 1500 jeunes formes dans l’utilisation du théâtre comme un moyen de transformation et de gestion des conflits dans plusieurs pays : le Rwanda, le Burundi, la République Démocratique du Congo, la République Centrafricaine, le Tchad, le Niger, la Tanzanie et l’Angleterre. Il a 250 jeunes et femmes récupérées, formés et orientés.

 

Administrativement, Sango’A regorge 15 membres avec un siègeà Kinshasa et des extensions à Bruxelles, à Kigali, à Bukavu, à Goma, à Kalemie et, Baraka. Et comme partenaires, cette ONG a le Département de l’histoire de l’Université de Manchester, Théâtre et Réconciliation avec Fréderic Lecomte où Don Tshibanda est le metteur en scène pour l’Afrique, l’Université de Boston avec le Professeur PessoBoyem pour la psychothérapie –l’art pour la thérapie-, Tam-tam Théâtre, l’Ecurie Maloba, les Béjarts, l’Atelier Théâtre en Action (ATA), Art en Action, Feux d’Asile à Bruxelles pour une thérapie conciliante et Yole Afrika. Sango’A est membre de la plate-forme des artistes, Art Béton qui a son siège en Autriche.

Il sied de rappeler que Don Tshibanda, ingénieurélectronicien en radio transmission de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées(ISTA), a fait ses débuts dans le théâtreà la Compagnie Cosmos Théâtre de Lemba/Salongo, tout en étantélève. Il intègre la Compagnie Théâtre les Bejarts en 1998, et en 2003, il créeSango’A. Il est aussi coordonnateur des programmes de Théâtreà Search for Common Ground et a cependant plébiscité expert en théâtre de développement, et pour la création du théâtre pour la transformation et la gestion des conflits par Unicef.

Sango’A a, depuis le mois de septembre, créé« Congo, d’où viens-tu et Congo, ou’ vas-tu ?’’, un spectacle de grande envergure qui effectuera une tournée dans la sous-région des Grands Lacs.

Junior Nzeza

Partagez.

Laisser un commentaire