Rumba : 11 ans après, Madilu dans les oubliettes !

0

11 août 2007-11 août 2018, il y a 11 ans jour pour jour depuis que Jean de Dieu Bialu alias Madilu System, le Grand Nindja, a quitté la terre des vivants. Contrairement aux années antérieures, aucune manifestation commémorative officielle n’a été organisée, en mémoire de cette grande vedette de la rumba congolaise, à Kinshasa.

Nos fins limiers renseignent que les musiciens de son groupe Bana System ont essayé de lui rendre hommage à leur manière vu l’absence d’initiative de la part de sa famille biologique.

Sous la direction de son Chef d’Orchestre Bovic, ils se sont retrouvés pour la énième fois, à leur siège habituel, chez ‘‘Bébé Climatiseur’’ à Kasa-Vubu. C’était une occasion des retrouvailles entre les fans et les musiciens qui se sont souvenus de Madilu qui a beaucoup œuvré pour la défense de la musique congolaise, à travers sa belle voix et ses compositions d’anthologie .

Cette soirée nostalgique a été commémorée au rythme des «Si je savais», «Bonheur», «Visa», «Bonne humeur» et tant d’autres belles mélopées signées le Grand Ninja.

À Paris où résident les enfants de Madilu, Létis MADILU qui est le fils aîné du Feu chanteur,a profité de l’occasion pour inviter les mélomanes et fans de la rumba à se procurer son nouvel album intitulé «Au nom du père et du fils», déjà disponible sur le marché.

Enregistrée avec le concours des musiciens du groupe ‘‘Bana System’’ groupe laissé par Madilu System, cette œuvre est sortie premièrement en Europe l’année dernière puis à Kinshasa, cette année. C’est avec le soutien de Maître Vincent Gomez et l’encadrement de sa mère, Pierrette BIYA, que Létis MADILU est parvenu à réaliser «Au nom du père et du fils » qui n’est qu’un remix de quelques chansons tirées du riche répertoire du Grand Pharaon Kongo dia ntotila. Avec sa voix, le fils du chanteur a réussi à interpréter et à imiter à sa manière le timbre et la voix de son père qui fut un chanteur d’exception.

Pour Letis Madilu, ce projet vise à immortaliser et à pérenniser encore et toujours l’excellent travail abattu par son père qui fut un chanteur d’exception devant Dieu et devant les hommes. Parce que l’histoire doit se poursuivre afin que le nom de Madilu ne tombe pas dans les oubliettes.

Jordache Diala

Partagez.

Laisser un commentaire