RDC : la société civile de Mangina nie l’arrestation de 40 ADF par la coalition FARDC-Monusco à Makeke

0

Dans une déclaration publiée jeudi 13 février 2020, la société civile de Mangina, agglomération située à près de 30 kilomètres à l’ouest de Beni, a nié l’arrestation de 40 présumés rebelles ougandais des Forces Démocratiques Alliées (ADF) dans une opération conjointe FARDC-Monusco à Makeke, dans la province du territoire de Mambasa, province de l’Ituri (Nord-est de RD Congo).

À travers son vice-président Freddy Mbayahi, la société civile de Mangina affirme que la déclaration des responsables de la Monusco ne reflète pas la vérité.

« À travers les médias, tous, nous avons suivi la Monusco qu’elle a arrêté 40 ADF dans une opération conjointe avec les FARDC dimanche 9 février 2020 à Makeke, près de Mangina et les acheminer à la base de l’armée à Mangina. Avec sincérité, après avoir reçu ces affirmations et vérifications, la société civile constate que tout ce qui a été dit devant la presse ne reflète pas la vérité. Nous connaissons que la population de Makeke avait appréhendé un suspect dimanche 9 février. Malheureusement, il s’en est suivi des représailles. Le campement des FARDC/PNC où la Monusco dit avoir détenu ces 40 ADF, n’a pas la capacité de recevoir ce nombre », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : » Nous connaissons cette stratégie qui veut montrer à l’opinion publique que les Casques bleus sont intervenus dans la protection des civils pendant que rien n’a été fait. Cela brise la confiance de la population face à la Monusco en cette période caractérisée par le déplacement des personnes « .

Au même moment, la société civile de Mangina s’oppose à une probable installation d’une base de la Monusco dans cette partie du territoire de Beni.

Fabrice Ngima

Partagez.

Laisser un commentaire