RDC : un partenariat FMT- SJS pour sensibiliser les jeunes filles albinos

0

La matinée d’échanges prévue au bénéfice de la jeunesse féminine albinos, une catégorie de personnes vivant avec handicap, s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la jeune fille fêtée chaque 11 octobre.

L’ASBL « Si jeunesse savait » (SJS) et l’ONG des albinos de la RDC, la Fondation Mwimba Texas (FMT), organisent, vendredi 11 octobre 2019, une matinée d’échanges sur le droit sexuel et la santé de la reproduction, en faveur des jeunes filles albinos.
Cette activité, organisée dans les installations de l’ASBL SJS à Kinshasa, rentre dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la jeune fille, fêtée chaque 11 octobre.

Pour 2019, cette journée est célébrée sur le plan international sous le thème « Les filles, une force libre et inaliénable ».

En organisant cette matinée en faveur d’une cinquantaine de jeunes filles albinos, le partenariat SJS-FMT pense que les filles albinos, qui sont également des personnes vivant avec handicap et qui vivent certaines réalités particulières liées à leur état des personnes atteintes d’albinisme, ont également droit à l’information en vue de leur permettre de vivre leur liberté et de préserver leur santé face à certaines réalités de la vie.

Donner l’information et de la voix à la fille albinos

Pour la directrice exécutive de l’ONG SJS, Richine Masengo Kapinga, l’objectif de cette matinée est de partager, avec les jeunes filles albinos, l’information sur la santé de la reproduction.
Les sujets de ces échanges seront, notamment, l’accès à la contraception, le service après avortement, le Protocole de Maputo.
« L’objectif est de leur parler sur ces sujets et leur donner la possibilité de poser des questions pour une vraie information », a souligné Richine Masengo Kapinga.

De son côté, le président de la FMT, le catcheur albinos Alphonse Mwimba Makiese, a insisté sur le besoin de donner la vraie information aux jeunes filles albinos, en vue de leur permettre de balayer certains stéréotypes ancrés dans l’imagerie populaire, qui tendent à victimiser les albinos, en général, et les filles albinos, en particulier.

Dans la méthodologie retenue par le partenariat SJS-FMT, après des exposés, les participantes seront appelées à donner leurs points de vue ou à poser des questions sur les sujets traités.
« Les albinos sont également comptés parmi les personnes vivant avec handicap (PVH). Mais, j’ai constaté que, quand on organise des activités en faveur des PVH, on oublie souvent cette catégorie alors qu’elle a des problèmes spécifiques pour lesquels il faut trouver des solutions. C’est pourquoi, dans le cadre de cette journée, nous avons pensé nous approcher particulièrement des jeunes filles albinos », a expliqué la directrice exécutive de l’ONG SJS, au cours de la réunion de préparation de cette activité.

Soulignant l’efficacité d’un travail en synergie, le président de la FMT a relevé l’ouverture de l’ONG des albinos, en répondant favorablement à tous ceux qui l’approchent pour le bien-être des albinos.

Camus Kinkumi

Partagez.

Laisser un commentaire