RDC-Musique : Bokoul, l’Immortel

0

Voici 3ans, 3ans que ce grand des plus grands a quitté la terre de ces aïeux.

Après avoir vécu une vie riche en émotions et couleurs, il a connu l’assencion par ces oeuvres il a aussi connu la douleur comme celle de la geôle,dans sa cellule à Bobiny en France.(Phénomène Ngulu).
Incompris, ce ressortissant de Lubefu dans son Sankuru kasaien, Jules Shungu a dompté Kinshasa et  est   allé à la conquête de l’Occident. L’épisode Peter Gabriel en dit long.
Il est allé jusqu’à coloniser l’Asie en y laissant des Japonais convertis à la rumba.
Papa Wemba, c’est aussi cet artiste au talent si rare, à la voix si unique.
Kurru Yaka, c’est la sommation de ces centaines de chanson réparties dans des dizaines d’ albums.
Comment ne pas parler de Papa wemba sans évoquer ces accusations  de dépravation des moeurs portées contre lui durant tout son vivant.
Bokul, c était aussi sa sape, la fameuse société d’ambianceurs et  des personnes élégantes.
Papa Wemba le foridoles, comprenez formateur des Idoles.
C’est aussi cet encadreur par qui bien des stars de la chanson congolaise sont passés.
Il eut sûrement fallu que Jules s’en allât pour que l’on comprenne qu’il était là .
Un grand qui a fait des pas des géants.  Un artiste connu au niveau mondial, pleuré entre Abidjan où, à Anumabo, il rendit l’âme, son  arme à la main (son micro), et Kinshasa où il a fait couler des larmes à toute cette population venue d’un peu partout lui rendre hommage au Palais du Peuple.
Trois ans déjà. Mais, par ses oeuvres, Papa Wemba est toujours présent.
A Dieu Vat Jules Shungu Wembadio!

Amen Dimwany

Partagez.

Laisser un commentaire