RDC: Joseph Kabila: »J’ai le Congo à défendre et je suis prêt à mourir pour ça. »

1

Au cours d’une interview accordée au www.lemonde.fr, Joseph Kabila Kabange est revenu sur ses relations avec l’Occident. Il a fait savoir qu’il a un rapport d’incompréhension. »J’ai le Congo à défendre et je suis prêt à mourir pour ça. Le pays le plus important dans le monde et pour le monde, c’est le mien, on demande le respect de notre souveraineté « a soutenu l’autorité morale du FCC.

Par la même occasion, Il a qualifié l’attitude de l’Union européenne de néocoloniale.

« Notre compréhension, bonne ou mauvaise est qu’ils veulent affaiblir l’État, moi et les institutions dans l’objectif de désintégrer mon pays, s’accaparer les ressources et finito »a-t-il fait savoir.

À la question de savoir s’il craignait de mourir assassiné comme son père ? Joseph Kabila répond Non! À l’en croire, Certains pensent qu’en mettant une pression sur nous, je vais me tirer une balle dans la tête. Ils se trompent.

Il a qualifié Moïse Katumbi de Judas qui était parti avec beaucoup d’argent et s’est pendu de lui même. « Il a fait son choix, à lui de s’assumer » déclare-t-il.

Le Président de la République Joseph Kabila Kabange s’est dit convaincu du bon déroulement des élections de ce dimanche 30 décembre 2018.

« J’ai l’intime conviction que tout va bien se passer dimanche » a-t-il lancé. Et d’ajouter des violences post-électorales ne sont pas à exclure, mais la menace sécuritaire est sous contrôle. Seul Ebola nous fait peur et la CENI a bien fait de suspendre les élections dans les zones touchées par l’épidémie.

Joseph Kabila Kabange a également défendu son bilan depuis son accession à la tête de la République démocratique du Congo. Bilan qu’il juge positif avec notamment la réunification du pays, la stabilité de l’économie, la démocratisation et la reconstruction.

À mon arrivée à la tête de l’Etat en 2001, a-t-il rappelé, « j’avais promis la réunification du pays, la stabilité de l’économie, la démocratisation, et la reconstruction »

Soulignant par ailleurs que la croissance économique n’a jamais été de moins de 3%, le pays est uni et j’ai organisé trois élections avec celle de dimanche.

Une fois de plus, Il a rappelé qu’il offrira la première alternance pacifique de l’histoire du Congo.

« J’ai promis. Et pour moi, une promesse est une dette. Je peux donner ma vie pour qu’elle soit honorée » a-t-il insisté.

Tshimanga Muamba

Partagez.

Un commentaire

  1. Tout n’est pas mauvais dans son bilan et comme tout humain, il ya du du bon et du mauvais dans sa gestion. Voilà pourquoi il laisse la place à un autre, de son camp ou pas et qui pourrait faire mieux…

Laisser un commentaire