RDC-Invalidation des députés de l’opposition : Luc Fikiri dénonce la fragilisation du pouvoir de Félix Tshisekedi.

0

De nombreux députés tant nationaux que provinciaux de l’opposition congolaise ont été invalidés à la grande surprise des électeurs.
Me Luc Fikiri, acteur incontestable de la démocratie, affirme n’avoir pas bien digéré les arrêts de la Cour constitution. «La Cour constitutionnelle vient d’attiser le feu. Car, les Invalidations des élus dignes risquent de bombarder la situation sécuritaire et politique qui est déjà fragile. Une chose qui est un grand danger pour la démocratie et qui pose aussi une menace sur le pouvoir du président Félix Tshisekedi», martèle-t-il.

À son avis, ces arrêts cachent une main noire du Front commun pour le Congo (FCC) qui « cherche, par ses stratégies nocives, à mettre le bâton dans la roue de la vision du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo ». Une vision portant sur la mise hors d’état de nuire de toutes politiques dictatoriales qui déstabiliseraient un Etat de droit. Constatant ainsi un danger qui guette ses compatriote, Me Luc Fikiri lance un cri d’alarme pour exhorter le président de la République démocratique du Congo à prendre toutes les mesures nécessaires pour barrer la route aux esprits tyranniques qui cherchent à fragiliser son quinquennat. Car, souligne-t-il, le peuple congolais attend des résultats plausibles et à la hauteur de ses attentes.
A cet égard, Me Luc Fikiri est et reste accroché à la recherche d’un avenir radieux pour la RDC. Un devoir pour tout Congolais soucieux de voir ce pays, dit « scandaleusement riche », prendre enfin son essor et sortir de la pauvreté contrastant avec la grandeur de ses potentialités.

« C’est très difficile de travailler avec une coalition des opposants qui prétendent être des collaborateurs. Le FCC gagne dans son jeu. Le Président n’a pas besoin de cette coalition (…). Il faut vraiment divorcer, en songeant déjà à la voie de la dissolution du Parlement dans les tout prochains jours », a-t-il suggéré.
« Car, nul n’ignore les résultats romanesques de 18 ans de Joseph Kabila à la tête de la République démocratique du Congo. C’est dire que les membres du FCC ne peuvent pas aider le Chef de l’Etat à construire le pays alors qu’eux-mêmes, ont échoué’’, a-t-il ajouté.

Il convient de souligner que le mariage FCC-CACH ne doit pas marcher sur la sacralité du Chef de l’Etat.
Le prince Luc Fikiri, en sa qualité de  » pacificateur », invite les Congolaises et les Congolais à privilégier un climat de paix pour éviter de nouvelles violences et de nouveaux massacres sur toute l’étendue du territoire national. En même temps, il appelle le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, à comprendre que ses vrais opposants sont ceux au FCC et non dans Lamuka. « Car, indique-t-il, il est évident que les cadres du FCC ne veulent pas du changement pour faire avancer le pays ».

Affaire  » ordonnances polémiques »

Me Luc Fikiri Murefu n’est pas resté indifférent face aux enjeux politiques de l’heure. Cet activiste pro-démocratie a fustigé les répliques des cadres du FCC face aux ordonnances du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, portant nomination des mandataires publics à la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) et à la Générale des carrières et des mines (Gécamines), qui ont été à la base des altercations des adeptes du PPRD et les combattants de l’UDPS, mercredi 12 juin 2019.
Dans cette affaire, le prince Luc Fikiri suggère au Chef de l’Etat ainsi qu’au Cap pour le Changement (CACH) de divorcer d’avec le FCC. Car, ces derniers, d’après lui, sont les vrais opposants à son pouvoir.
C’est dire que Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo devrait coaliser, plutôt, avec ceux de Lamuka.

*Jules Ntambwe*

Partagez.

Laisser un commentaire