RDC-Internet : l’entrave au Plan numérique de Félix Tshisekedi

0

Du 03 au 05 septembre 2019, il se tiendra au Pullman hôtel à Kinshasa l’atelier de validation du Plan numérique national.

Les participants à cet atelier vont réfléchir sur les voies et moyens de doter la RDC d’une stratégie devant combler l’énorme déficit en matière de numérique qu’elle connaît. Ce déficit est caractérisé par des disparités criantes entre les grandes villes et les milieux ruraux.

Malgré toutes les bonnes intentions énoncées par ce plan de démocratiser l’Internet en le rendant accessible à tous les Congolais, même dans l’arrière-pays, il risquerait de se buter à la loi n°18/002 du 13 mars 2018 portant Code des accises.
La taxe à charge d’utilisateurs, instituée par cette loi et à prélever dès qu’on accède à l’Internet, va dans la direction diamétralement opposée des objectifs poursuivis par le Plan national du numérique

Malgré la volonté du Chef de l’État de permettre à tout citoyen congolais se trouvant sur le territoire national d’avoir accès à l’internet à coûts réduits, son plan se trouve déjà marginalisé par la taxe d’accises de 10% imposée aux consommateurs et qui s’avère de trop pour un accès plus large.

La République démocratique du Congo, quoiqu’elle regorge de presque toutes les matières premières indispensables aux industries du numérique, est l’un des pays du monde avec un faible taux d’accès à l’Internet, soit 6% seulement sur une population estimée à plus de 80 millions d’habitants.
Et 60% de ces utilisateurs sont concentrés spécifiquement dans les grandes villes, laissant ainsi les milieux ruraux déserts et où, pourtant, vivent plus de la moitié de congolais.
La taxe d’accises de trop, soit 10%, hormis les autres impôts et taxes perçus par le pouvoir public dans le secteur des télécoms, vient encore rendre la situation plus chaotique pour une population majoritairement rurale, vivant avec moins de 1 dollar américain par jour.
Déjà un luxe pour une bonne partie des Congolais, avec cette taxe, l’Internet est en passe de devenir une exclusivité d’une infime catégorie de privilégiés, contredisant ainsi le slogan de campagne de Félix Tshisekedi aux élections de décembre 2018, « le peuple d’abord »

Le Plan national du numérique deviendra-t-il effectif un jour?

La question reste en suspens. Si l’on demeure optimiste, « oui » ce plan peut devenir une réalité à l’horizon 2023, si et seulement si les participants à ce forum se penchent sur la question de cette taxe qui, logiquement comme partout ailleurs, n’est prélevée que sur des produits « nocifs » à la santé humaine.

Sentiment patriotique oblige, les décideurs, qui seront présents dans cet atelier, n’ont pas intérêt à sacrifier les intérêts de la majorité de Congolais.
Laisser cette taxe, qui pourrit les ambitions numériques du quinquennat Chef de l’Etat, c’est vouloir une chose et son contraire

Interkinois.net

Partagez.

Laisser un commentaire