RDC-Ebola et Insécurité: Lubaya Claudel appelle à la mobilisation des moyens institutionnels, politiques, militaires, sécuritaires et logistiques

0

Le député national Claudel André Lubaya a, dans un communiqué rendu public vendredi 10 mai 2019, appelle à la mobilisation nationale pour vaincre le virus Ebola.

L’élu de Kananga, au Kasaï Central, soutient qu’il devient impérieux pour l’État congolais de prendre conscience et se rendre à l’évidence qu’au regard de la détérioration continue de la situation sécuritaire dans la région, les chances de vaincre Ebola s’amenuisent de plus en plus, exposant dangereusement les populations.

Puisqu’il s’agit d’une question de sécurité nationale, relève Lubaya Claudel, la lutte contre le virus Ebola ne peut plus être gérée uniquement du point de vue médical.
De ce fait et au-delà des clivages, il exige une large appropriation nationale et une mobilisation des moyens institutionnels, politiques, militaires, sécuritaires et logistiques de l’État pour faire cesser l’insécurité à l’Est de la République démocratique du Congo, aujourd’hui facteur favorisant la propagation de la maladie.

Il justifie cet appel par le nombre élevé des milliers personnes mortes en neuf mois, soit une moyenne de 125 décès par mois.
Malgré le déploiement d’un plan de riposte, le virus Ebola a cessé d’être une simple question de santé publique pour être traité par le seul corps médical.
Pour lui, Ebola constitue aujourd’hui une menace infectieuse persistante à la sécurité et, ce faisant, risque de déstabiliser durablement le pays.

A l’issue d’une réunion avec Félix Antoine Tshisekedi, Chef de l’État, il a été
décidé la gestion collégiale de l’épidémie et multisectorielle.
Un comité de pilotage de riposte a été mis
en place, auquel participeront la présidence de la République, les ministères de la
Défense, de l’l’Intérieur, du Budget, des Finances et des Affaires
humanitaires.

Présidé par le Premier ministre, ce comité comprend aussi des experts nationaux de renommée
internationale, en l’occurrence le docteur Muyembe, spécialiste de
la maladie à virus Ebola.
Toujours dans le cadre des résolutions prises, la Police nationale et les forces armées,
en collaboration avec la Monusco, ont vu leur rôle renforcé
en vue de sécuriser les centres de riposte et de traitement.

*TM*

Partagez.

Laisser un commentaire