RDC-Contentieux électoraux : la NOGEC invite les juges à accélérer le processus de rectification de leurs arrêts pour « erreur matérielle »

0

Les arrêts rendus par la Cour constitutionnelle n’ont pas laissé indifférente la classe politique en République démocratique du Congo (RDC).

Dans le lot des réactions, il y a celle de Me Constant Mutamba, président du regroupement politique Nouvelle Génération pour l’émergence du CONGO (NOGEC) qui affirme que « ces arrêts ne reflètent pas la réalité des élections à la base ».

Cadre du Front commun pour le Congo (FCC), il invite les juges de la Cour constitutionnelle à « tirer toutes les conséquences politiques de leurs actes et à accélérer le processus de rectification de certains de leurs arrêts pour erreur matérielle ».

Dans sa déclaration faite samedi 15 juin 2019 à Kinshasa, Me Constant Mutamba estime que « ces arrêts ont créé plus de problèmes que n’en ont résolus*.

« La Haute cour a invalidé certains meilleurs élus du FCC au profit des candidats d’autres Regroupements politiques n’ayant pas atteint le nombre des voix équivalent », a dénoncé cet ancien administrateur de l’ex-ONATRA.
Dans la foulée, ce jeune avocat a exprimé sa « solidarité à tous les Regroupements politiques du FCC concernés par cette série d’invalidations » qu’il qualifie d’ »injustes ». Il a promis de les accompagner dans leurs différentes et légitimes revendications.
Jean Lucien Bussa, un autre cadre du Front commun pour le Congo, a, au cours d’une intervention sur Radio France Internationale, fustigé les arrêts de la Cour constitutionnelle qui ont fait perdre, à son regroupement politique, 3 sièges aux législatives nationales.

*Clément Muamba*

Partagez.

Laisser un commentaire