RDC : Claudel Lubaya appelle Félix Tshisekedi à prendre des initiatives d’apaisement pour rassurer une République indivisible

0

Faisant suite aux dérapages constatés vendredi 7 juin 2019 à l’Assemblée nationale lors du débat sur les ordonnances présidentielles, l’élu de Kananga, Claudel Lubaya, estime qu’ils constituent l’élément déclencheur des tensions politiques observées ces derniers jours en République démocratique du Congo (RDC).

« Outre, a-t-il ajouté, qu’il viole le principe constitutionnel de l’irresponsabilité du Président de la République devant le Parlement, il s’agit d’une dérive qui fragilise nos institutions et affaiblit l’autorité qu’elles incarnent ».

En cette période qu’il considère « si grave » que traverse le pays, où s’entrechoquent à la fois des perspectives brillantes et des risques certains, cet ancien gouverneur de l’ex province du Kasaï Occidental appelle le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, Garant de la nation et Garant du bon fonctionnement des institutions, à « prendre l’initiative d’apaisement pour rassurer les citoyens, faire baisser les tensions, restaurer la confiance, réparer les blessures, lever les doutes, dissiper les malentendus, fixer le cap et incarner les espoirs de tous dans une République indivisible, démocratique et rassemblée, héritage sacré de nos aïeux ».

Il a noté, également, que l’invalidation abusive de plusieurs députés de l’opposition en faveur de ceux du FCC est venue aggraver une situation déjà tendue.
De ce fait, Il réitère la ferme condamnation de ces arrêts qu’il considère « iniques » et qui « jettent de l’opprobre sur la Cour constitutionnelle et plongent le pays dans une insécurité juridique et judiciaire qui compromet la construction d’un État de droit en RDC ».

« Cette décision hors délai est une faute historique majeure, contre la démocratie, contre le suffrage universel et contre le droit. Elle est immorale, injustifiable et indéfendable. Elle ravive les tensions politiques et replonge le pays dans l’angoisse d’avant les élections », a-t-il souligné dans sa déclaration de ce jeudi 13 juin 2019.

Attaché aux valeurs républicaines, Claudel Lubaya « condamne également, de façon la plus ferme et solennelle, les actes de vandalisme que rien ni personne ne peut excuser, commis par des militants des partis mieux identifiés et qui troublent, depuis lundi, l’ordre public dans plusieurs parties du pays ».

« J’invite les responsables desdits partis à appeler leurs militants au calme et à la raison, au respect de l’intégrité physique des personnes, au respect des biens privés, des lois et de l’autorité établie. Si en RDC, la Loi garantit la liberté de manifester, elle n’accorde pas, en revanche, l’autorisation de vandaliser », a-t-il conclu.

*Clément Muamba Mulembue*

Partagez.

Laisser un commentaire