RDC-Beni : les jeunes opposés au « rapport sexuel comme moyen de sauvegarder la relation amoureuse » à Mambango

0

Les jeunes reporters accompagnés des jeunes journalistes ont animé, samedi 29 février 2020, un club d’écoute à Mangothe, cellule située dans le quartier de Mambango, commune Bungulu, dans la ville de Beni, au Nord-Kivu (Est de RD Congo).

Les participants, composés essentiellement des staffs dirigeants d’une dizaine de mutualités des jeunes du quartier Mambango, ont d’abord écouté le magazine audio de l’émission « Mazungumuzo ya vijana » durant 30 minutes avant d.en discuter.

Certains ont témoigné de ce qu’ils ont déjà vécu et qui cadre avec ce thème. Mais, les jeunes participants sont restés sur l’accomplissement de l’acte sexuel avant le mariage.

« En fiançailles, je conseille aux jeunes de faire le suivi mutuel sur le sexe. Le sexe doit être protégé. L’amour est au-delà du sexe. De mon côté, je ne soutiens pas les jeunes qui cèdent le sexe avant le mariage. Nous, jeunes, sommes sous-,informés et pensons qu’aimer quelqu’un signifie faire un rapport sexuel avec son copain. Nous, jeunes, pensons beaucoup au sexe, ignorant les responsabilités qui peuvent en découler et que nous sommes incapables d’assumer. Vaut mieux se connaître a priori que d’éprouver des difficultés dans le foyer a posteriori », ont déclaré certains jeunes en substance.

Les deux experts intervenus dans l’émission audio ont démontré que les personnes, qui n’ont pas encore conclu le mariage, ne sont pas autorisées à faire un rapport sexuel. Et il n’y a aucun problème de santé qui peut arriver au jeune qui s’abstient jusqu’au jour de son mariage. À l’issue de l’activité du jour, la plupart des jeunes ont promis de faire l’amour avec responsabilité.

« Mazungumuzo ya vijana » (Dialogue des jeunes, en français), est une émission produite par les jeunes journalistes en collaboration avec le Collectif des Radios Communautaires et Télévisions du Nord-Kivu (CORACON). Cette émission s’inscrit dans le cadre du Programme : Santé, Sexualité et Sécurité des jeunes (JS3).

Fabrice Ngima

Partagez.

Laisser un commentaire