RDC-Barbara Kanam : »Mon titre de Docteur Honoris Causa est une lourde responsabilité, nous allons célébrer le Congo au festival Jazzkiff 2019″ (Exclusif)

0
Toujours sublime avec sa voix, la diva continentale Barbara Kanam est la perle rare qui signe sa participation au Jazzkiff qui est le premier festival consacré aux musiques du monde organisé depuis 2006 à Kinshasa. 
A quelques jours du coup d’envoi de cette grande messe musicale, elle s’est confiée à Afrique Infos Magazine.
La célèbre chanteuse congolaise explique les motivations de son titre de Docteur Honoris Causa de World music qui lui a été décerné par l’Université Miami, aux USA.
AFRIQUE INFOS MAGAZINE: Vous êtes honorée avec un diplôme de Docteur Honorius Causa. Qu’est-ce qui justifie cette élévation ?

BARBARA KANAM : C’est mon travail. C’est mon Dieu. Le fruit de tout le travail réalisé depuis le début de ma carrière. Je ne me voyais pas, moi, recevoir un tel prix, vue la dimension qu’on donne à ce diplôme qui est décerné à de grandes personnalités. Ce titre de ‘‘Docteur Honoris Causa de la World Music’’ m’a été décerné sous la houlette de l’Observatoire Africain de la Sanction Positive et Valeurs de la Paix (OASP), qui a reçu mandat de Miami Institute Florida USA. C’est la plus haute distinction reconnue par les scientifiques dans un domaine précis. Qu’est-ce que j’ai fais pour le mériter ? Ces éminents professeurs m’ont répondu : ‘‘Nous avons fait le sondage, et nous avons estimé de vous décerner ce prix pour votre dévouement, pour l’image que vous transmettez à travers vos œuvres’’. C’est, pour moi, un honneur.

AIM:Après ce titre de Docteur Honoris Causa, le Gouvernement de la République vous a élevée au rang d’Ambassadrice des droits de la femme. Quelle sera, concrètement, votre mission ?

BK: Ouf ! Je remercie d’abord Mme la Ministre du Genre, enfant et famille, Chantal SAFU, qui m’a parrainée en qualité de Championne de la promotion des droits de la femme. Certes, un honneur et une marque de confiance mais, surtout, une lourde responsabilité pour cette Diva africaine vis-à-vis de mes engagements personnels en tant que femme et artiste. Mon pays m’a choisie pour être vulgarisatrice du Protocole de Maputo. A travers ma voix, j’ai désormais l’engagement de militer en faveur d’une maternité responsable et de la promotion du droit à la santé de reproduction.

AIM : Qu’est-ce que le public peut encore attendre de vous après votre spectacle légendaire au Showbuzz à Kinshasa ?

BK : Je vous invite au festival Jazzkiff du au 14 au 15 juin à la Halle de la Gombe, où nous allons célébrer le Congo. Vous allez découvrir une autre facette de Barbara. Contrairement aux éditions antérieures, le festival Jazzkiff a mis, cette année, un accent particulier sur les artistes congolais qui sont ouverts à la scène internationale. Nous serons, moi, BARBARA, Ray LEMA et LOKWA Kanza. C’est vraiment un challenge, un défi qui est important dans la carrière d’un artiste.

Propos recueillis par Jordache DIALA
Partagez.

Laisser un commentaire