RDC-Arrêts invalidants de la Cour constitutionnelle : le MLC, « mécontent », projette une marche pour samedi 15 juin 2019

0

Le Mouvement de Libération du Congo (MLC) affirme avoir « suivi avec stupéfaction » les arrêts rendus par la Cour constitutionnelle, invalidant certains de ses « députés nationaux valablement élus par la population aux scrutins de décembre 2018 ».

Dans un communiqué publié mardi 11 juin 2019 à Kinshasa et signé par sa Secrétaire générale Ève Bazaiba Masudi, ce parti de l’opposition note que « huit de ses élus nationaux ont été injustement invalidés au profit du FCC », plateforme patronnée par Joseph Kabila.
Il cite les noms de ses invalidés ci-après :
•Didier Mekata, élu de Yahuma,
•Dongo Mobutu Yemo, élu de Gbadolite,
•Daniel Mbau Sukisa, élu de Mont-Amba,
•Raphaël Kibuka de Mont-Amba,
•Goda Moto, élu de Bosobolo,
•Jean-Martin Alakani, élu de Lisala,
•Albert Akim Wanga, élu de Kungu
•et Hardy Ngobe, élu de Basankusu.

Pour le MLC, ses  » arrêts sont juridiquement entachés d’irrégularités, car ils ne sont pas rendus dans le délai, conformément à l’article 74 de la loi électorale, qui accorde un délai de 60 jours ».
Le parti cher à Jean-Pierre Bemba qualifie ces invalidations d' »une prrovocation de trop de la part des ennemis du peuple, qui visent à le réduire sous silence ».
Par la même occasion, le Mouvement de Libération du Congo dit se réserver « le droit de faire usage de tous les moyens légaux pour mettre fin à cette blague, étant donné que cet acharnement envers l’opposition, en violation des articles 7 et 8 de la Constitution, est le reflet des dérives dictatoriales tant décriées ces dernières années au pays ».
Ainsi, il lance un message fort à tous ses militants ainsi qu’à la population de « réagir à la hauteur de cette provocation par une marche pacifique, ce samedi 15 juin 2019, conformément à l’article 64 de la Constitution », le but principal étant celui d' »exiger rien que la vérité des urnes ».

Après les arrêts rendus par la Cour constitutionnellle, une vive tension a été observée mardi 11 juin 2019 devant le siège national du MLC, dans la commune de la Gombe, à Kinshasa. Les militants de ce parti politique ont brûlé des pneus.

Le mécontentement était également au rendez-vous à Lubumbashi, chef-lieu du Haut-Katanga, où une permanence du PPRD a été saccagée sur la route du 30 juin.

La majorité des députés invalidés sont de l’opposition au profit du FCC.

RSI

Partagez.

Laisser un commentaire