Procès Kamerhe : en audience foraine, une belle erreur de ses partisans

0

Les députés nationaux de l’Union pour la nation congolaise (UNC) ont exigé au Ministère public (Parquet) de prendre des dispositions utiles pour assurer la retransmission en direct du procès. Sans nul doute en comptant sur l’éloquence ainsi que les capacités naturelles de Vital Kamerhe à haranguer les foules.

L’ouverture du procès a eu lieu, le 11 mai 2020, en audience foraine dans la cour de la prison centrale de Makala, à Kinshasa. Quoique les avocats de Vital Kamerhe n’aient pas reçu du Ministère public les copies des pièces à conviction, la Cour a tout de même posé quelques questions préliminaires au prévenu Kamerhe.

Des questions simples qui, pourtant, ont causé beaucoup de dégâts qu’on ne pouvait pas imaginer au sein de l’opinion publique.

La côte de popularité de Vital Kamerhe est en baisse depuis et peu nombreux sont ceux qui croient à sa sincérité. Et pourtant. ses avocats pouvaient bien lui éviter de répondre à ces questions. Pourtant, des simples questions, mais …

Une erreur de calcul de la part des cadres du parti, de ses avocats et, surtout, de Vital Kamerhe lui-même. Ont-ils des conseillers en communication ?

Après deux heures d’audience, la justice a décidé de renvoyer la suite du procès au 25 mai 2020, répondant ainsi favorablement à la demande des avocats de Kamerhe. Espérons que, cette fois-là, il n’y aura pas d’erreur de casting.

Les avocats de Vital Kamerhe ont plusieurs fois sollicité sa liberté provisoire mais sans succès .La dernière en date est celle du lundi 11 mai 2020, lors de sa comparution à l’audience d’ouverture devant les juges.

Vital Kamerhe est accusé de détournement des fonds alloués au financement du programme de 100 jours du président Félix Tshisekedi. Il devrait répondre à une invitation adressée par le Parquet général de Matete, le 08 avril 2020, dans le cadre de l’enquête sur les fonds alloués au programme de 100 jours. Après son audition, Vital Kamerhe a été placé sous mandat d’arrêt provisoire.

Franco Mayiza
Partagez.

Laisser un commentaire