Les présumés rebelles ougandais de l’ADF ont, encore une fois, relâché 23 otages le mardi 12 mars à Masesele, contrée située dans le groupement Bambuba-Kisiki, territoire de Beni (Nord-Kivu).

Ces civils dont 17 hommes et 6 femmes avaient été kidnappés dernièrement par les présumés ADF à Kengele, Manzanzaba et Apetinasana à quelques kilomètres de Oicha, chef-lieu du territoire de Beni. Ces compatriotes étaient utilisés pour transporter les biens et bétails pillés par les ADF.

“J’ai vu des ougandais. Il y a des hommes, femmes et enfants porteurs d’armes à feu et habillés en tenue militaire. À l’époque de Mobutu et Laurent Désiré, ils avaient un libre passage pour venir se ravitailler en vivres ici. Que les militaires FARDC qui sont basés à l’est vident cette partie pour leur accorder libre passage en vue d’acheter leur nourriture, car ils ont leurs propres moyens. Dans le cas contraire, les massacres vont perdurer. Actuellement, ils disent qu’ils ne vont plus tuer en attendant le mot d’ordre du gouvernement Tshisekedi. Dès qu’on va leur accorder un libre passage, les massacres vont cesser”, a révélé l’un des otages à Afrique infos.
On peut cependant se poser des questions. Libre passage pour aller où ? Si les Fardc se retirent réellement de cette partie du territoire national, cette partie passe donc sous leur contrôle ? Est-ce un deal acceptable pour un gouvernement et son armée qui ont le devoir de protéger la population et ses biens? En tout cas, les prochaines réactions en haut lieu nous en dirons plus.

Fabrice Ngima

Partagez.

Laisser un commentaire