Mbuji-Mayi : des éléments de la PCR déshabillent un conducteur de taxi-moto

0

Quelques éléments de la Police de Circulation Routière (PCR) ont déshabillé un conducteur de taxi-moto, jeudi 22 août 2019, au Rond-point de l’Étoile, vers le pont Lubilanji, dans la commune de Dibindi, à Mbuji-Mayi, chef-lieu du Kasaï Oriental.

Des témoins sur place ont affirmé que la victime de cet acte odieux n’a fait aucun mal pour mériter ce sort.

«M. Mbuyi Boubou, alias +les enfants d’abord+, s’est arrêté à la demande des agents de la PCR. Il leur a remis son permis de conduire. Mais, ceux-ci ont refusé, lui réclamant un nouveau permis qui n’est même pas encore sorti ni mis en circulation. Leur commandant, sans même demander de quoi il s’agissait, a intimé l’ordre à ses agents d’amener le taximan et sa moto au bureau. C’est dans ces conditions que les policiers ont tiré ce papa de plus de 50 ans jusqu’à déchirer son pantalon. Ils ont emmené aussi sa moto, le permis de conduire et sa carte de serviteur de Dieu», a confirmé un jeune homme qui a requis l’anonymat.

De pareilles scènes sont vécues à plusieurs endroits de la ville, surtout que la plupart de ces agents travaillent dans un état d’ébriété.
La population lance un cri d’alarme aux autorités politiques et policières pour qu’elles mettent fin à ce système. Car, la police est appelée “police du peuple” et non celle « du ventre ».

Dans le même cadre, des agents de la PCR, commis au niveau de la station service Engen, ont été à la base d’un véritable embouteillage, le même jeudi 22 août. Il y a eu également une forte tension entre ces agents et les conducteurs de taxi-motos.
Selon un conducteur de moto trouvé sur place, un agent de la PCR avait bloqué l’engin de son collègue sous prétexte qu’il l’avait mal stationné.
En dehors de ce motif, les mêmes éléments de la PCR lui ont créé d’autres griefs.
Ce qui n’a pas plu aux autres conducteurs de taxi-motos qui se sont mobilisés à cet endroit.
L’engin et son conducteur ont été finalement relâchés grâce à l’intervention d’un officier haut gradé de la police.

Roger Stéphane Ilunga

Partagez.

Laisser un commentaire