Kasaï Oriental: hausse de prix des produits alimentaires dans les marchés de Mbuji-Mayi

0

Les prix des denrées alimentaires et des autres produits commerciaux ont pris de l’ascenseur dans les marchés de Mbuji-Mayi, chef-lieu du Kasaï Oriental, depuis l’annonce des mesures salutaires de lutte contre la propagation du Coronavirus par le président Félix Tshisekedi. 

Selon le constat fait ce lundi 23 mars 2020, une mesurette de maïs est passée de 2300 à 4800 FC, celle de farine du même produit se négocie entre 4200 et 4500 FC. Un bidon d’huile de palme de 7 litres se vend actuellement à 11000 FC, alors qu’il se négociait à 7500 FC la semaine dernière.
Cette flambée des prix concerne également les produits tels que le riz, les braises, la farine de manioc et d’autres. Les vendeurs contactés lient cette situation à la rareté de certains aliments sur les marchés de la ville.
Dans l’entretemps, les consommateurs évoquent une mascarade des commerçants qui ne sont soumis à aucun règlement commercial.

«Les commerçants fixent les prix exorbitants pour gagner plus pendant cette période, parce qu’ils ont entendu le Chef de l’État suspendre les écoles, les universités et les églises. Nous regrettons que certains vendeurs s’arrogent le droit de stocker les maïs et d’autres produits pour créer leur rareté sur les marchés. Tout ça, parce que le gouvernement provincial ne fait aucun suivi à ce sujet», s’est plaint un consommateur trouvé au marché Bakwa Dianga.

D’après plusieurs observateurs avertis, les commerçants augmentent ces prix de façon expresse. Ils se croient malins en justifiant leur bavure par les mesures prises par Félix Antoine Tshisekedi pour prévenir la propagation du Coronavirus au pays.

Roger Stéphane Ilunga

Partagez.

Laisser un commentaire