Kasaï Oriental-Football : la Linafoot risque de délocaliser les matchs du stade Kashala Bonzola

0

Le stade Kashala Bonzola de Mbuji-Mayi se trouve dans un état piteux depuis quelques mois par manque d’un bon entretien. Cette enceinte sportive à gazon synthétique devient pitoyable tant sur l’aire de jeu que dans les tribunes. Pour preuve, des morceaux de pelouse se détachent au niveau du rond central en plein match. 

C’est ce qu’on a pu observer au cours du match du championnat local opposant l’Olympique de Mbuji-Mayi à l’US Kasaï (0-2) lundi 10 février 2020. Un fait qui a obligé l’arbitre central d’arrêter le jeu pour rattacher la partie détachée.

Lorsqu’il pleut abondamment, les eaux stagnent sur l’aire de jeu et empêchent la circulation du ballon.
Pendant ce temps, la toiture est menacée chaque fois qu’il y a un vent violent, les tôles des tribunes d’honneur suintent au point que l’eau qui tombe abîme les sièges. Les installations hygiéniques ne sont pas bien entretenues.

Si le gouvernement provincial ne songe pas à bien entretenir ce seul stade de l’État au Kasaï Oriental, cette infrastructure moderne ne va exister que de nom.
Suite à cette détérioration en vue, Eugène Kabongo Ngoyi, l’un des vice-présidents de la commission de gestion de la Linafoot, a interpellé le gouvernement provincial sur ses responsabilités à mieux conserver ce bijou.
Il est donc nécessaire que le gouvernement provincial agisse urgemment, sinon la Linafoot risque de délocaliser les matchs des clubs de Mbuji-Mayi.

La construction de cette infrastructure sportive et, surtout, sa modernisation étaient pourtant un grand soulagement de tout un peuple.
Construit par les Belges à l’avènement de la MIBA, cet édifice appelé tour à tour Stade Baudouin, Nsele, puis Kashala Bonzola, était de toute beauté. Il a accueilli de grands événements sportifs et a vu se produire différentes générations dorées de l’histoire du football est-kasaien et congolais.
De son vivant, le maréchal Mobutu et la sélection du Roi Pelé sont aussi passés par là.
Mais, hélas! le manque d’entretien a entraîné la dégradation de l’état du stade qui tomba en désuétude.
Voilà pourquoi, nous tirons ainsi la sonnette d’alarme pour parer au plus pressé ! Des sacrifices énormes consentis par tout un peuple, uni derrière l’initiateur des travaux de rénovation, risquent d’être vains.
Qu’est-ce qui manquent? Ce stade ne génère-t-il pas de recettes ?

Roger Stéphane Ilunga

Partagez.

Laisser un commentaire