Kasaï Oriental : la ferme DAIPN Lukelenge réceptionne ce mercredi le 2ème lot de poussins en provenance de la Belgique

0

La ferme DAIPN Lukelenge va réceptionner, ce mercredi 11 septembre 2019, le deuxième lot de poussins en provenance de la Belgique.

La nouvelle a été portée à la connaissance de l’autorité provinciale, mardi 10 septembre 2019, par une délégation du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) et de la firme israélienne LR Group.
Ce deuxième lot est constitué de 1 200 poussins pour poulets de chair. Cet arrivage intervient presque trois semaines après le premier lot de 5 000 poussins.
François Mpuila, directeur adjoint des études au FPI, n’a pas caché la joie de cette entreprise de voir la gouverneure de province rehausser de sa présence à la cérémonie.

«Nous sommes venus d’abord présenter les civilités à l’autorité, et lui annoncer aussi l’arrivée ce mercredi d’un deuxième lot de poussins pour poulets de chair pour que l’autorité soit avisée. Et, elle nous fera l’honneur, elle-même de recevoir, cette fois-ci, sur le site du DAIPN Lukelenge, ces poulets.
Au regard de la programmation de l’approvisionnement, dans le mois, nous allons avoir 3 000 poussins pour poulets de chair», a-t-il indiqué.

L’implémentation du projet de développement de la ferme DAIPN Lukelenge, comme prévu dans le programme d’urgence de 100 jours du Chef de l’État, nécessite une grande étendue de terre. Malheureusement, le site DAIPN est envahi aujourd’hui par plusieurs maisons d’habitation. Face à ce défi, le ministre provincial des Affaires foncières, Urbanisme et Habitat est très ferme.

Honoré Mubengayi Kankola insiste sur le fait que tous les occupants illégaux de la propriété du Domaine présidentiel seront déguerpis d’ici le 26 septembre.

«D’ici le 12 septembre, à titre de rappel, je vais relancer le même communiqué par la voix des ondes, demandant à ces occupants-là anarchiques de prendre toutes leurs dispositions en vue de quitter sans délai le site qu’ils occupent sans aucun titre de propriété. Qu’ils le veuillent ou non, ils doivent partir au plus tard le 26 septembre », a tonné le ministre Mubengayi Kankola.

Roger Stéphane Ilunga

Partagez.

Laisser un commentaire