Kasaï Oriental : les agents et cadres de la Miba en colère exigent la « démission immédiate » du comité directeur

0

Les agents et cadres de la Minière de Bakwanga (Miba) ont manifesté, jeudi 11 juillet 2019, sur les grandes artères de la ville de Mbuji-Mayi. Ils exigent la démission immédiate et sans condition du président du Conseil d’administration (PCA), du Directeur général (DG) et d’autres directeurs de cette entreprise minière. 

Regroupés au sein de la structure dénommée BASE/MIBA, ces travailleurs sont partis du Club Miba jusqu’au Gouvernorat de province. Dans leur marche de colère, ils portaient des affiches avec des mentions « Mbaya Tshiakanyi démission », « Mukina Kanda Kanda démission », invitant respectivement le PCA et le DG de cette société à rendre le tablier.

Daniel Sopokeka, président de BASE/MIBA, et ses manifestants reprochent au comité directeur le non paiement des salaires durant des centaines de mois, l’absence des frais dûs à la retraite et le manque de collaboration entre les dirigeants, le service syndical et les autres travailleurs.
Outre le départ du comité directeur, ces agents conditionnent la reprise du travail par le paiement de leurs salaires.
Au Gouvernorat, une délégation de cette structure a été reçue par la vice-gouverneure, Jeannette Longa Musuamba, qui a dit sa consternation pour la situation que traversent les agents de la Miba. A ces manifestants, elle a promis que tous leurs désidératas seront immédiatement transmis à Kinshasa.

Contacté par AfriqueInfomagazine.net, le PCA de la Miba s’est dit « surpris » par cette marche de colère. Monseigneur Dieudonné Mbaya Tshiakanyi reconnaît que ces travailleurs accusent un retard de plus de 200 mois d’arriérés de salaires. D’après lui, il est temps de se focaliser sur le programme de la relance de la Miba, déjà en cours, que de procéder à des marches.
Il a conclu que la démission du comité de gestion de cette société et celle du PCA a été réclamée depuis très longtemps.
« Le dossier a déjà atteint la Présidence de la République. C’est au Chef de l’État qu’appartient la dernière décision à ce sujet », a-t-il expliqué.

Roger Stéphane Ilunga

Partagez.

Laisser un commentaire