Karibu Kinshasa ramène les enfants de la rue dans leurs familles respectives

1

L’approchetraditionnelle de la protection de l’enfant a montré ses limites car placer un enfant dans un établissementcoûte cher, ne répond pas aux besoins de l’enfant et ne génère pas de flux d’admission. Aucune mère au monde n’accepte voir ou savoir son enfant dans la rue ou dans un centre.

Il est possible de faire autrement, en ramenant directement l’enfant de la rue à sa famille respective et en mettant à la disposition la mère les informations et les ressources dont elle a besoin pour qu’elle agisse pleinement selon ses devoirs, c’est-à-dire avoir les moyens de nourrir, soigner et scolariser l’enfant elle -même. C’est par ce constat que l’Asbl Karibu Kinshasa a été créée en 2002 par Olivier Chazy, ancien président d’EmmaüsLiberté dans Le Val de Marne en France.

La premièreannée a été consacrée à la réalisation d’un état des lieux global de la question des sans-abris.

La seconde a été, cependant, consacrée à la formation de deux administrateurs congolais à la technique du microcrédit social, pour un stage de 10 jours à Lomé, au Togo.

La troisième, soit en 2004, a permis un premier engagement pour 15 puis 24 familles dans le quartier Bribano, insalubre et inondé périodiquement dans la commune de Limete.

De 2006 à 2016, Karibu Kinshasa a accompagné 448 familles et réunifié 429 enfants. En 12 années d’existence, cette association est intervenue auprès de 480 familles avec l’octroi des microcrédits sociaux et un accompagnement psycho-social. Ces familles assumaient la charge de 580 enfants tirés de la rue et qui ont été réunifiés avec celles-ci. Les actions ont été menées d’une part avec la collaboration des centres d’hébergement, et d’autre part, par une récupération directe de ces enfants dits de la rue par l’association Karibu Kinshasa. Les retombéesde toutes ces activités ont été estimées à 2600 adultes ou enfants avec effets de parenté directe.

Il sied de rappeler que Karibu Kinshasa s’emploie à prêter une somme d’un montant de 70 dollars américains par mère d’enfants récupérés et réunifiés sur 9 mois de remboursement avec un taux d’intérêt de 6 %. La structure forme lesmères de ces enfants  -et le père si possible- avant et aprèsl’octroi du créditafin de leur apprendre les règles de bonne gestion, le savoir-faire commercial. Pour accompagner alimentairement les familles réunifiées, Karibu Kinshasa accorde un kit alimentaire de survie évalué à 10 dollars américains au moment de l’octroi du crédit, et cela pour éviter que le stock ne soit entamé pour l’alimentation de la famille le plus souvent démunie et affamée ou mal nourrie. Comme complément, l’association ajoute à toutes les formations reçues, celles de sensibilisation, de prévention des maladies d’hygiène et de la bonne alimentation, de la vigilance sur la consommation d’eau potable, l’assainissement du milieu de vie.

 

Junior Nzeza Kunsi

Partagez.

Un commentaire

  1. article tres bien rédigé merci a son auteur
    Notre mission est difficile mais exaltante
    Quoi de plus beau qu’un médecin qui guérit les maladies ou les blessures, d’une association qui répare les blessures sociales ou psychologique, et d’une maman qui réussit enfin a nourrir ses enfants
    Nous sommes prêts a beaucoup de sacrifices pour avoir le bonheur d’accomplir cette mission
    olivier Chazy
    président de l’association Karibu

Laisser un commentaire