Haut-Katanga : accrochages entre FARDC et assaillants dans la chefferie de Shindaïka

0

Des tirs nourris ont été entendus vendredi 14 juin 2019 vers minuit à Shindaïka, une chefferie située dans la province du Haut-Katanga.

Des sources locales indiquent qu’il s’agit d’affrontements entre l’armée congolaise et une bande d’assaillants non encore identifiés. Ces derniers ont pris d’assaut cette chefferie du territoire de Kipushi dans le Haut-Katanga.

Fortement armés, ces rebelles venaient d’ouvrir le feu lorsque les forces de l’ordre déployées sur place ont vigoureusement résisté. Elles ont repoussé les ennemis qui se sont retranchés, avant de revenir quelques heures plus tard, pour reprendre leur attaque.

Selon les témoignages des habitants, ces accrochages auraient coûté la vie à trois éléments des forces loyalistes dont un capitaine FARDC décapité.

Les mêmes témoins rapportent que les assaillants ont emmené certaines parties intimes et un doigt de leur victime qu’ils ont arrachés au cours de l’assaut.
Les forces armées, qui ont renforcé leurs troupes, ont toutefois contraint les envahisseurs à céder face à la puissance du feu, rapporte-t-on.
La population de Kipushi et ses environs s’est réveillée dans une psychose, craignant pour la suite des événements.
Ce n’est que vers 8h00 que les activités ont repris l’allure normale.
Malheureusement, jusqu’après de nombreuses heures, l’identité des auteurs de cette attaque reste encore floue. Chacun des habitants essaie de donner son analyse à ce sujet, même si la plupart d’entre eux pensent qu’il s’agirait de voleurs à mains armées qui voulaient se ravitailler dans ce coin de la province du Haut-Katanga. Une autre version assimile les insurgés à un groupe Maï-mai.

La situation s’est stabilisée peu à peu. Les soldats congolais indiquent avoir déjà maîtrisé la situation.

RSI

Partagez.

Laisser un commentaire