Franco de Mi-Amor, 30 ans après sa mort : Sero Bagri reçu avec honneur par Verckys Kiamuangana à Kinshasa

0

Pendant une semaine, le sociologue béninois Sero Bagri a séjourné á Kinshasa, terre de la musique africaine. Son séjour en République démocratique du Congo, pays de la rumba, s’inscrit exclusivement dans le cadre de la commémoration du 30ème anniversaire de la mort du Grand Maître Franco Luambo Makiadi, une des légendes de la musique africaine moderne.

Tout d’abord, ce grand fanatique de la musique congolaise s’est rendu au cimetière de la.Gombe où il s’est incluné sur la tombe de Luambo.

Il y en a profitê pour visiter egalement les sépulcres des autres artistes congolais qui ont fait rayonner la musique congolaise : Dr. Nico Kassanda, Pépé Kalé, Abeti Masikini …

Sero Bagri est parmi les Ouest-africains qui ont vécu et admiré avec passion la belle époque de Franco de Mi-Amor dans toute son apothéose.

De Cotonou à Kinshasa, Sero Bagri a bien marqué son voyage en visitant egalement la Place des Artistes, á Matonge.

« C’est depuis l’âge de 6 ans que j’ai commencé à développer cette passion pour la musique du Grand Maître Franco. Voire mes parents, à l’époque et jusqu’aujourd’hui, ma femme et mes enfants savent que sa musique est plus thérapeutique dans ma vie. Je ne me lasse jamais en écoutant les mélodies et chansons fantastiques de Franco. Il était un créateur des mélopées et paroles fabuleuses qui me touchent jusqu’au fond de moi. Il y avait de l’âme dans sa musique », a-t-il témoigné.

Il a aussi beaucoup d’estime et de respect envers la musique congolaise qui a bercé son enfance.

Avant de se rendre à la « Place des Artistes », cet admirateur ouest-africain a été reçu par le saxophoniste Verckys Kiamuangana, un des survivants de l’Ok Jazz.

Par la suite, le fan béninois a fait un tour au siège du TP Ok Jazz à l’immeuble 1-2-3 (Mama Kulutu), construit dans la commune de Kasa-Vubu par le Grand Maître Franco en 1983.

Il était spécialement question, pour Sero Bagri, d’échanger avec Emongo, un des fils biologiques de Luambo Makiadi, sur un projet important dont la quintessence sera dévoilée dans les jours à venir.

Sur place, cet amoureux de la rumba était très heureux de rencontrer le célèbre impresario Manzenza qui détient tous les secrets sur la carrière et la vie de Grand Maître Franco et son groupe musical jusqu’à sa mort en 1989 à Namur, capitale de la région de la Wallonie, en Belgique.

JORDACHE DIALA

Partagez.

Laisser un commentaire