*Oui, il y a de quoi se demander sur la réussite écrasante du Front commun du Congo (FCC) aux élections législatives nationale, provinciale et sénatoriale. Cette question taraude bel et bien les esprits des Congolais soucieux de voir un changement plausible à la gestion du pays”, relève Jean-Claude Katende, président national de l’Asadho.

Il lance ses projecteurs sur les stratégies mises en place par le FCC. Une stratégie, d’après lui, à saluer et qui interpelle le Camp du CACH de colmater les brèches pour empêcher toutes tentatives de gérer le pays arythmie avec le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Car, nul n’ignore le résultat de la gouvernance du régime Kabila. Lisez l’intégralité de la réflexion de Me Jean-Claude Katende, dans ses “pages d’opinions libres” suivantes.

Les résultats de l’élection des gouverneurs de province, organisée le mercredi 10 avril 2019 donnant le FCC gagnant, ont révolté beaucoup de Congolais. Cette victoire s’ajoute à celles obtenues aux élections législatives nationales et provinciales, mais aussi aux sénatoriales.
Au vu de ces résultats, il est clair que le FCC contrôlera aussi le gouvernement national et les gouvernements provinciaux qui seront bientôt mis en place. Inimaginable.
Les Congolais dont moi, qui avions voulu que les membres du FCC qui ont ruiné notre pays ne reviennent pas au pouvoir, sommes énormément surpris et déçus.
Beaucoup d’entre nous se sentent impuissants face à ce que nous vivons dans notre pays.
Mais, il est important de nous remettre en cause et de nous poser de questions essentielles.
Les victoires du FCC sont-elles le fruit du hasard ou d’un accident ?
Si nous sommes sincères, nous devons reconnaître que c’est le fruit d’une organisation et d’un travail sérieux et professionnel. Même quand un travail est fait pour pérenniser notre souffrance, on peut l’apprécier au regard de la manière dont ses géniteurs procèdent.
Je sais que beaucoup de Congolais ne seront pas d’accord avec moi, mais c’est mon point de vue.
Je rappelle aussi que, souvent, quand j’annonce quelque chose plusieurs mois ou jours avant, il finit par se réaliser.
Pour moi, les membres du FCC sont conscients du danger qui les guette. Ils ont ruiné le pays durant les 18 ans de règne de l’ancien Président KABILA et ils ont des comptes à rendre aux Congolais. Ils savent que tout peut leur arriver et à tout moment.
Pour continuer à exister et à s’imposer à nous, ils ont mis en place une stratégie à long terme avec plusieurs séquences. Cette stratégie tendant à contrôler les institutions congolaises est mise en place depuis l’entrée de l’ADFL en République Démocratique du Congo et a été accélérée par la mort du feu Président Laurent Désiré Kabila, ce qui a permis à l’ancien Président KABILA d’arriver au pouvoir. Ils utilisent le bien comme le mal pour réussir chaque séquence de leur stratégie.
Toutes les méthodes sont bonnes pourvu que chaque séquence de la stratégie soit réussie.
Pendant ce temps, les autres forces politiques et sociales naviguent à vue, sans stratégie à long terme pour contrecarrer le FCC. Nous ne faisons que subir la stratégie du FCC. Nous subissons, nous dénonçons et après nous acceptons ce que le FCC a planifié. Ils ont une stratégie qui va au-delà même des élections qui auront lieu en 2023.
Je suis sûr que, pendant que nous nous agitons, nous gémissons, eux ont déjà de projections de ce qui va se passer aux élections de 2023. C’est là qu’ils sont ingénieux.
Nous avons crié contre l’élection de sénateurs, après nous avons accepté l’inacceptable. Entretemps, le FCC a réalisé une séquence de sa stratégie et prépare une autre phase.
Il est urgent que nous puissions changer notre manière de voir ce qui se passe au Congo. Nous devons devenir des forces d’actions et non de réactions.
Il est important que les intellectuels, les acteurs politiques et sociaux qui ne sont pas du FCC créent des groupes sérieux de stratégie dont le rôle sera de trouver des voies pour sortir du piège que le FCC a tendu aux Congolais et au Congo.
Le Président Félix TSHISEKEDI devra aussi avoir un groupe stratégique comprenant de personnalités nationales et internationales indépendantes rompues dans ce genre de question et sur lequel il peut s’appuyer pour faire avancer le pays, malgré les victoires du FCC.
C’est dans ce genre de circonstances que de véritables stratèges se révèlent. Où sont-ils ?
Le Président Félix ne réussira pas son mandat en s’appuyant sur le FCC. Ses partenaires du FCC ont une stratégie qui ne tient pas compte de lui.
Notre pays est danger.
Au lieu d’aller manger et danser à BANDAL et dans les grands hôtels de Kinshasa, de Paris ou de Bruxelles, consacrons l’essentiel de notre temps à réfléchir et à faire de meilleures propositions pour inventer un nouveau Congo.

Partagez.

Laisser un commentaire