Éducation : les femmes de Kinshasa renforcent leurs capacités en planification

0

Il se tient du 14 au 15 mars courant à Kinshasa, un atelier de renforcement des capacités en planification des femmes du secteur de l’éducation

Plusieurs femmes évoluant dans le secteur de l’éducation prennent part à ces assises combien importantes organisées par l’UNESCO.
Deux temps forts ont marqué la première journée du dit atelier à savoir les discours des autorités de ce secteur et le partage des objectifs de l’atelier.
D’entrée de jeu, madame Fatoumata Marega, cheffe de section éducation de l’UNESCO, a rappelé les objectifs de l’atelier.
Elle a poursuivi son speech en indiquant que la prise en compte de l’approche genre dans les politiques éducatives est une réelle préoccupation dans plusieurs pays en général et plus particulièrement dans les pays en voie de développement.
” Le genre est une notion qui fait référence à une construction politique et sociale de la différence des sexes.
Il est interactif et transversal, il opère dans toutes les sphères de la société “, a-t-elle souligné, avant de poursuivre que l’égalité des genres qui demeure l’une des deux priorités globales de l’UNESCO, signifie l’égalité entre femmes et hommes et entre filles et garçons sur le plan des droits, des responsabilités et des chances.
Engagement
Pour l’oratrice, l’égalité des genres qui est aussi au coeur des l’agenda 2030 avec les ODD 3,4 et 5 est prise en compte dans le programme relatif à l’éducation, où des efforts sont faits pour promouvoir le droit de tous à l’éducation.
” L’UNESCO s’est engagée à apporter une contribution positive et durable à l’autonomisation des femmes et à l’égalité des genres”, renchérit Fatoumata Marega.
Elle a, en outre, souhaité qu’au terme de l’atelier, des recommandations fortes soient formulées en vue de l’élaboration d’un plan d’action dont le déroulement permettra d’améliorer de manière significative la situation présente.
Ouvrant les travaux , le représentant du Secrétaire général de l’EPSP a fait savoir que la prise en compte du genre dans les politiques éducatives des pays en voie de développement pose encore d’énormes préoccupations, mais il est aussi évident qu’en RDC, l’intégration du genre dans les secteurs de la vie nationale connait des avancées significatives.
A en croire ses propos, dans le secteur de l’éducation, la stratégie sectorielle de l’éducation et formation prévoit dans ses objectifs stratégiques 1 2 et 3 l’accès, la qualité et la gouvernance.
Le deuxième jour de l’atelier prévoit des travaux en groupes en vue des recommandations pour faire évoluer les choses dans ce secteur important de la vie nationale.

Kinzala Nkuka Pepeco

Partagez.

Laisser un commentaire