CPL : Shambuyi Kalala mobilise les forces politiques et sociales contre le Coronavirus

0

L’Afrique devrait se préparer au « pire», a déclaré dernièrement le Directeur Général de l’OMS face à la menace du nouveau Coronavirus qui se propage déjà à une vitesse inquiétante dans le continent. S’inscrivant dans la même logique, le Président national du CPL, le Camarde Shambuyi Kalala, appelle à la mobilisation générale de toutes les forces progressistes face à cette pandémie. Il « encourage le Gouvernement de la République par rapport à sa prise de position concernant cette crise sanitaire aux conséquences incalculables pour notre pays et notre peuple ». 

 » C’est la première fois, dit-il, que le pouvoir rompe avec la politique des dénis lorsque survient une crise qui menace l’existence de tout un peuple. Par conséquent, toutes les forces politiques et sociales doivent, à l’unisson, s’engager résolument pour accompagner le pays vers la sortie de la crise ; une crise qui trouve le Congo dans une situation de dénouement total sur le plan des infrastructures de santé publique et sur fond de crise générale récurrente ».
Lisez, dans son intégralité, la déclaration de crise du Congrès des Progressistes pour la Libération (CPL), qui porte la signature de son Président, le Camarade Shambuyi Kalala.

DECLARATION DU CPL SUR L’ETAT D’URGENCE EN RDC

La déclaration du Président de la République sur la Pandémie de Coronavirus équivaut, en substance, à la déclaration de l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire congolais.
Le Congrès des Progressistes pour la Libération, CPL, encourage le
Gouvernement de la République sur sa prise de position concernant cette crise sanitaire aux conséquences incalculables pour notre pays et notre peuple.
C’est la première fois que le pouvoir rompe avec la politique des dénis lorsque survient une crise qui menace l’existence de tout un peuple. Par conséquent, toutes les forces politiques et sociales doivent, à l’unisson, s’engager résolument pour accompagner le pays vers la sortie de la crise ; une crise qui trouve le Congo dans une situation de dénouement total sur le plan des infrastructures de santé publique et sur fond de crise générale récurrente.
Le CPL a toujours soutenu que notre pays est sinistré et dépendant. Si un scénario catastrophe, comme celui-ci, se pointe à l’horizon, il nous reste qu’à voir comment puiser dans nos réserves internes, c’est-à-dire, dans notre capacité d’auto-organisation et notre savoir-faire.
Nous exhortons nos compatriotes qui sont à la ligne de front, notamment les médecins, les infirmières et infirmiers à tenir bon, mais en même temps, nous devons nous concentrer sur le travail qui se fait derrière les lignes, à travers les campagnes d’informations et de solidarité, la mobilisation de fonds et l’organisation de différents secteurs, tous azimuts. Et cela, pas seulement à Kinshasa et dans les grandes cités. Ce sont toutes les entités géographiques, administratives, culturelles, villes et campagnes qui doivent être placées sur une nouvelle dynamique d’organisation.
Nous en appelons aux forces politiques et sociales progressistes, celles-là même qui ont toujours cru dans les capacités du peuple congolais, de se prendre en charge, de sortir de la somnolence et de venir au secours de leur peuple en détresse.
Ce n’est pas le moment de justifier son immobilisme derrière les arguments d’absence de démocratie dans le pays. Le geste du gouvernement doit être pris dans toute sa splendeur afin de se mettre tous, ensemble, dans les conditions d’organiser les travailleurs, les paysans, les jeunes et les femmes pour une mobilisation maximale. Si cela est fait correctement, non seulement nous pouvons surmonter cette crise sanitaire, mais être également en mesure de sortir le pays de sa torpeur générale.
N’attendons pas les campagnes électorales, comme le feraient tous les jouisseurs et autres opportunistes, pour venir promettre à nos concitoyens la terre et le ciel.
Le CPL propose aux démocrates et aux progressistes de discuter un plan d’urgence, qui doit concerner :
1) Les mesures du gouvernement : – le mode de consommation et l’orientation
de la grande part de revenu national vers les urgences vitales ( énergie,
transports, médicaments..) ; -l’organisation de ravitaillement et le rationnement de moyens financiers et des produits de première nécessité vers les secteurs sociaux et géographiques les plus touchés par la crise ; -la mobilisation des pouvoirs publics locaux pour organiser la population afin d’assurer la prise en charge collectivement pour faire face aux besoins cruciaux (dispensaires, nourriture) ;
2) Les initiatives des forces progressistes sociales et politiques, notamment les plateformes d’actions aux niveaux national, provincial et local. Ceci doit aider en même temps de renforcer la lutte démocratique de masse contre la corruption, le détournement, le pillage et le rançonnement.
Sans initiative, c’est la mort ! Plus de temps à perdre. C’est plutôt le moment d’exploiter tout le génie congolais. Utilisons les nouvelles technologies pour débattre, et constituons-nous en réseaux pour des actions, tout en respectant les consignes officielles de protection.
Le Peuple congolais vaincra !
Fait à Kinshasa, le 19/03/20
Shambuyi KALALA
Président du Congrès des Progressistes pour la Libération

Partagez.

Laisser un commentaire