Au cours d’un point de presse Jean Claude Vuemba propose le boycott de la présidentielle en soutien à Moïse Katumbi

0

Les violons sont loin de s’accorder entre la Majorité présidentielle regroupée au sein de la méga plateforme Front commun pour le Congo (FCC) et l’opposition politique quant à la tenue d’élections apaisées, libres, démocratiques et transparentes.

Samedi dernier, au siège de son parti sur l’avenue Kasa-vubu à Ngiri- Ngiri, Jean Claude Vuemba, député élu de Kasangulu dans le Kongo Central l’a encore démontré en revenant au cours de sa conférence de presse sur les principaux sujets de désaccord. Sujets pour lesquels l’opposition politique voudrait être fixée avant l’organisation des élections.

Au cours de cette conférence de presse, Jean Claude Vuemba a abordé 5 principaux sujets dont l’inévitable et incontournable cas Moïse Katumbi. Ce dernier se voit priver de son droit de candidater « pour une sombre histoire qui s’apparente à un coup-fourré du pouvoir pour l’écarter de la course » dixit Jean Claude Vuemba. Et tous les appels à la raison sont demeurés lettre morte. Devant le refus obstiné du pouvoir à lâcher du lest, J.C Vuemba a appelé tous les candidats de l’opposition politique à l’élection présidentielle à faire bloc en refusant de prendre part à cette dernière. Tout en rappelant aux uns et aux autres, l’exemple à suivre des pères de l’indépendance qui avaient solidairement refusé de prendre part à la Table Ronde de Bruxelles sans Patrice Lumumba qui croupissait dans les geôles du pouvoir colonial belge.

Pour J.C Vuemba, les opposants doivent comprendre que ceci est important. Parce que si aujourd’hui c’est Katumbi, demain ça peut-être Bemba et le surlendemain Kamerhe etc. pour faire de la place au candidat FCC, E. Shadary. Que ce dernier ait été présenté à Cyril Ramaphosa à Kinshasa puis aux autres présidents de la sous-région à Windhoek paraît suspect laisse entendre JC Vuemba. Comme si la messe était dite quant au remplaçant de Kabila. JC Vuemba en a profité pour signifier son refus de voir en RDC, un président imposé.

Répondant à certains bruits qui ont circulé faisant croire à l’opinion que Moïse Katumbi n’était pas présent à Kasumbalesa le 3 et le 4 Août, JC Vuemba le met au compte de l’intox concocté par le pouvoir. « Contrairement à la version du pouvoir, Vuemba persiste et signe. »Katumbi était à Kasumbalesa où tous les services avaient choisi curieusement d’être aux abonnés absents. Ça aurait été une occasion en or pour l’arrêter « ajoute-t-il

Quant au fameux mandat d’arrêt international mis à charge de Moïse Katumbi : »C’est un mandat d’arrêt pour rire. Le pouvoir cherche à amuser la galerie. Si cela était vrai, Moïse Katumbi vient de séjourner en Zambie, en Namibie et va se rendre d’ici-là en Angola, en Algérie et au Congo/Brazzaville » ajoute-t-il. Comme pour dire pourquoi ne l’a-t-on pas arrêter ?

Toujours dans ce volet tenu de l’élection présidentielle et d’autres scrutins, JC Vuemba est revenu, encore une fois, sur la nécessaire décrispation politique. Elle sous-entend le respect de l’accord de la Saint Sylvestre et la relaxe de tous les prisonniers politiques notamment Franck Diongo, Eugène Diomi Ndongala, Jean Claude Muyambo, Gekoko Mulumba, Firmin Yangambi, Eric Kikunda tout en mettant fin à l’exil forcé de Moïse Katumbi, de Mbusa Nyamuisi etc. Et enfin, il a réclamé la libération de 600 soldats du MLC arrêtés en mars 2007et qui serait, selon lui, toujours en détention à la prison de Makala.

Candidature unique de l’opposition politique

Quant à la candidature unique de l’opposition, JC Vuemba laissé entendre qu’il a été approché par JP Bemba. Il a reçu mission de ce dernier de rassembler tous les candidats de l’opposition politique pour l’émergence, après discussions, d’une candidature commune de l’opposition. Pour lui, ce n’est pas la première fois qu’il fait une telle mission de bons offices. Rappelant en passant le rôle combien louable joué  par lui dans ce sens en 2011. En dépit du fait qu’en dernière minute, certains candidats de l’opposition avaient préféré jouer au franc-tireur. Pour les discussions à venir,  le candidat commun devra accepter de rembourser, selon Vuemba,  les cautions de ceux qui ne vont plus concourir.

La machine à voter

Comme on pouvait s’y attendre, JC Vuemba est revenu sur la machine à voter plutôt « machine à tricher, machine à voler » selon ses propres dires.

Devant la situation présente « caractérisée par la présence de 3 millions de mineurs et 10 millions d’électeurs sans empreinte, il est urgent de bloquer cette machine et que les différentes élections se fassent par le procédé habituel c’est-à-dire le bulletin papier » a-t-il ajouté

 

Divers

Pour terminer son propos, JC Vuemba est revenu sur le travail de terrain qu’abat son regroupement « Ensemble » en vue d’une implantation réelle sur le territoire national sans oublier la reprise des activités au sein de son parti le MPCR, dans la perspective des élections à venir.

 

Philippe MBAYI Wete

Partagez.

Laisser un commentaire