Coronavirus : Denis Mukwege mobilise son personnel de l’hôpital de référence de Panzi pour la riposte

0

Mesdames et messieurs, chers compatriotes, 

Le monde entier fait face à la pandémie de Coronavirus qui se propage en Afrique, après avoir frappé l’Asie et l’Europe. Les derniers chiffres qui nous parviennent de l’Europe sont effroyables. Plusieurs autres pays dans le monde comme les Etats Unis, le Canada sont aussi touchés.
La République Démocratique du Congo (RDC), notre pays, n’est pas épargnée. Déjà, 32 cas positifs ont été signalés.
Nous devons nous préparer au pire, éviter une propagation massive du virus et une multiplication des cas.
En l’absence de centres de tests sur l’ensemble du Territoire et de moyens pour mener des dépistages à grande échelle sur la population tel que l’encourage l’Organisation Mondiale de la Santé, nous n’avons aucune idée de l’ampleur réelle de la propagation. A ce jour, il est donc très difficile de détecter qui de nous ou de notre entourage serait porteur. Il est important de souligner que ce virus est très contagieux alors même que les symptômes de la maladie – la fièvre, une toux sèche, des difficultés respiratoires – ne se seraient pas encore manifestés.
Notre meilleur moyen d’enrayer la propagation du virus sera donc la prévention, une vigilance citoyenne et une mobilisation collective. Ce qui compte le plus, c’est le comportement de chaque individu et de nous tous.
Nous appelons toute la communauté nationale à s’impliquer pleinement pour assurer une riposte efficace à la pandémie.
Nous saluons les mécanismes préventifs décrétés par le Chef de l’Etat en date du 19 mars, interdisant les rassemblements, notamment aux écoles, aux églises, aux salles de fêtes, aux évènements sportifs collectifs et restreignant l’accès au territoire national.
Nous saluons également la nomination de notre compatriote et mon confrère, l’éminent virologue Jean-Jacques Muyembe, codécouvreur du virus Ebola en 1976, comme coordinateur de la riposte au Coronavirus en RDC.
Chacun de nous doit accepter, le temps de la gestion de cette crise, d’adapter ses habitudes: éviter au maximum les déplacements et rester chez soi ; adopter les mesures de distanciation sociale, comme garder un minimum d’un mètre de distance entre individus ; éviter les poignées de mains et les embrassades.
Les mesures d’hygiène préventives familières telles que se laver régulièrement les mains avec du savon et éternuer dans son coude sont également vivement recommandées. Pour toute urgence ou cas suspect, contactez les hôpitaux à votre disposition et suivez les instructions des autorités sanitaires de notre pays.
A l’Hôpital Général de Référence de Panzi, tout notre personnel est préparé et mobilisé pour la riposte. Nous prendrons en charge les malades avec efficacité et humanité.
Chers compatriotes, femmes et hommes, décideurs politiques, leaders religieux, chefs coutumiers, leaders de la société civile et des mouvements sociaux, professionnels de la santé, nous vous appelons à relayer les messages de prévention. Mettons nos forces ensemble pour endiguer cette pandémie dans un esprit de responsabilité et de solidarité avec la communauté internationale.
Aujourd’hui et demain, à l’hôpital de Panzi, nous serons à la disposition de notre population pour apporter notre contribution à cette lutte.
Je vous remercie.

Partagez.

Laisser un commentaire