8 mars : Faya Tess invite les femmes au respect de l’autre et à l’amour maternel

0

Réfléchir sur les conditions des femmes dans le monde et lutter contre les inégalités face aux hommes constituent le but ultime de la Journée internationale des droits des femmes célébrée le 8 mars de chaque année sur toute la planète terre. 

Contrairement aux autres femmes en RDC qui limitent la célébration au port du pagne, la chanteuse Faya Tess développe un peu plus loin ses pensées, à cette occasion.

Pour cette célébrité internationale de la rumba congolaise, la date du 8 mars est une journée exceptionnelle qui permet à la gent féminine de se mobiliser avec des réflexions rationnelles sur la question menant à l’émancipation véritable de la femme.

« Bien que ces droits soient loin d’être entièrement acquis, je me permettrai de souhaiter à toutes les femmes une excellente journée. Paix, tendresse, bonté, amour maternel et respect de l’autre sont autant de valeurs auxquelles nous devons toujours nous accrocher », a déclaré Faya Tess.

La Journée de la femme 2020 a pour thème « Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes ».

Vu le contexte sociopolitique et économique de son pays, la RDC, la chanteuse internationale de la rumba inscrit cette thématique dans une lutte engagée pour acquérir des droits déjà accordés aux hommes, des meilleures conditions de travail et l’égalité entre hommes et femmes.

Pour Faya Tess, c’est une journée d’un combat collectif à travers laquelle les Congolaises, toutes tendances confondues, sont invitées à avoir le même regard ainsi que le même langage afin de combattre les inégalités dans la culture, dans les mentalités, dans les discours et dans les actes.

« Ayons une pensée douce à l’endroit de toutes ces femmes victimes de la violence et, surtout, des autres injustices contre la femme en RDC. Bonne fête à la femme, la demoiselle, l’amie et à nos mères », a souhaité cette Diva de la rumba sur sa page officielle Facebook.

Basée en France, Faya Tess est une artiste couronnée d’un capital intensément sympathique avec un sens de moralité très inouï.

Au-delà de son combat pour l’autonomisation et la promotion de la femme, elle milite également pour que la rumba congolaise soit considérée économiquement avec une fiscalité noble comme l’or, le coltan, le diamant, le cuivre, le manganèse, l’uranium ou les autres richesses minières de la RDC.

Sur le plan artistique, cette belle voix douce continue à proposer des mélopées séduisantes aux friands de la bonne musique.

Elle invite, tous, à savourer ses trois dernières nouveautés lancées en 2019 et qui sont « Panthère Noire », « L’homme » et la série  » et « Au temps des classiques » de volume 1 à 8.

Le single « Panthère Noire » est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement digital tandis que d’autres produits, notamment le nouveau coffret des 7ème et 8ème volumes des classiques de la rumba, sont disponibles aux magasins FNAC (monde) à Paris (France) et à Brazzaville (Congo).
Pendant ce temps, cette Reine de la rumba congolaise originelle s’annonce encore fracassante avec un nouvel album intitulé ‘‘Sublime Faya’’.

Ce disque en gestation sera produit par le label Air Monde Culture dont le management général est assuré par André Tetu, un des rares producteurs intègres en Europe.

Jordache DIALA

Partagez.

Laisser un commentaire